Tahiti et ses îles - Ecotourisme à Raivavae -

Ecotourisme à Raivavae - Immersion complète dans la culture polynésiennne - Archipel des Australes

 

Des écotouristes heureux à Raivavae.JPG

 Un séjour d'écotourisme de 1 mois (du dimanche 16 septembre au dimanche 14 octobre 2012) est organisé sur l'île de Raivavae dans l'archipel des Australes pour une douzaine de touristes genevois, Strasbourgeois, lyonnais et Marseillais. 
Un autre séjour de 1 mois sera organisé sur cette île paradisiaque du dimanche 18 novembre au dimanche 16 décembre 2012 depuis Genève. Pour ce voyage il reste encore de la place.


Possibilité de se joindre à cette belle aventure au départ de Genève, de Paris ou bien encore de Tahiti (Papeete) pour un tarif très abordable puisqu'il s'agit d'une association et que tout est organisé par les raivavae (habitants et associations de l'île). 
Il est également possible de profiter des nombreuses activités organisées à cette occasion sur l'île de Raivavae (excursions sur les motu, journées à thême, repas polynésiens, fêtes dans les villages, etc.)

Les renseignements et informations sont disponibles sur le site par la fiche de contact
.


Hors des chemins battus et des propositions des tours opérateurs, la population de l'île de Raivavae dans l'archipel des Australes a décidé de prendre son tourisme en mains et propose de vous accueillir sur son île paradisiaque pour un séjour de 1 mois dans un cadre totalement associatif.

Le premier voyage a eu lieu l'année dernière, 10 écotouristes genevois ont eu le privilège de cet accueil unique, authentique et tellement généreux des raivavae, les laissant pantois et intimidés.

Cette année nous repartons au mois de septembre (du dimanche 16 septembre au dimanche 14 octobre au départ de Genève et bien entendu de Paris avec Air Tahiti Nui) Nous sommes 12 personnes provenant de divers horizons.

Un autre voyage est organisé pour le dimanche 18 novembre jusqu'au dimanche 16 décembre 2012. A ce jour 8 personnes inscrites, reste donc de la place.

Mais que peut-on faire pendant un mois sur une île aussi paradisiaque qu'elle soit sans avoir l'impression de s'ennuyer?

Plein de choses pour peu que l'on s'intéresse aux polynésiens et à leur mode de vie.
Il y a tellement à apprendre d'eux, d'autant plus qu'ils sont ravis de vous montrer leur savoir faire et leurs traditions. Si vous avez un doute voir l'article et le compte rendu du voyage des genevois.

Et nous qui sommes nous à Genève?

Nous sommes, Pierre et moi même, l'antenne genevoise de l'association polynésienne, bénévoles amoureux de la Polynésie et surtout de Raivavae (Bora Bora il y a 70 ans sans les hôtels de luxe) qui nous démenons au mieux afin d'essayer de passer l'information aux personnes susceptibles de comprendre où se situent les vraies valeurs.

Bien à vous chers lecteurs et lectrices,

Jean-Luc


Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

 

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

 

Affiche.jpg

 


C'est également la faute à Rousseau si...

Rousseau,voltaire,marché de ferney-voltaireencomtes de savoie,ducs de savoie,tourisme durable,tourisme respectueux,douvaine,marché d'aix les bains,marché de divonne les bains,code qr,accueil polynsésien,animan,artisanat,bateau,dansecomtes de savoie,dansetrer des mots clefs

Après Voltaire, c'est également à cause de J.J. Rousseau, son meilleur ennemi que nous sommes de retour à Ferney-Voltaire,(voir article sur "c'est la faute à Voltaire" sur le blog de la Tribune de Genève) car qui d'autre que Rousseau, éclairé par les expéditions de son époque a décrit les populations des îles du Pacifique comme des hommes foncièrement bons, ne connaissant pas la méchanceté, vivant en parfaite harmonie avec la nature dans cette nouvelle cythère que sont les îles de Tahiti. D'ailleurs n'a-t-il pas inspiré, bien plus tard, le célèbre peintre, Paul Gauguin qui, il y a un peu plus d'un siècle, quittait Paris où selon lui la seule valeur était l'or pour aller vivre dans le "Paradis Terrestre" décrit par Jean-Jacques Rousseau.


Eh oui Monsieur Rousseau, votre mythe tient d'une réalité, celle des îles intactes de Polynésie française qui comme Raivavae vivent avec des valeurs humaines très éloignées des valeurs de notre métropole qui n'ont pas changé jusqu'à aujourd'hui où seul l'argent domine notre vie.

Un merci à Monsieur François Meylan, Maire de Ferney-Voltaire, à Madame Ginette Roumet et à toute l'équipe de la Police municipale, présente ce jour là, et qui ont de nouveau accueilli chaleureusement l'association polynésienne de l'île de Raivavae sur ce très joli marché de Ferney-Voltaire.

Une très belle journée ensoleillée donc qui a permis à un très grand nombre de chalands de s'arrêter sur le stand de l'association, étonnés et curieux par cette démarche atypique et certains, très exités à vouloir partir pour cette île paradisiaque en novembre prochain.


 p9080042.jpgp9080044.jpgp9080046.jpgRousseau, le mythe,voltaire,marché de ferney-voltaireencomtes de savoie,ducs de savoie,tourisme durable,tourisme respectueux,douvaine,marché d'aix les bains,marché de divonne les bains,code qr,accueil polynsésien,animan,artisanat,bateau,dansecomtes de savoie,dansetrer des mots clefsRousseau, Le mythe, voltaire,marché de ferney-voltaireencomtes de savoie,ducs de savoie,tourisme durable,tourisme respectueux,douvaine,marché d'aix les bains,marché de divonne les bains,code qr,accueil polynsésien,animan,artisanat,bateau,dansecomtes de savoie, 

 

 

 

 

 


Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

 

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

Au fait, bon anniversaire Monsieur Rousseau!


 

23 août 2012

Racines et tourisme durable : et si on mettait les hommes au cœur des voyages ?

Populations d'ailleurs.jpg

Et si on mettait les hommes au coeur des voyages?

Et si après la visite de sites, si après le farniente balnéaire, si après le confort des hôtels, on mettait les hommes au cœur des voyages, ce serait à coup sûr un succès assuré pour les professionnels qui programmeraient ces découvertes intimes qui sont le vrai motif du VOYAGE. 

La découverte de l’autre nous renvoie à notre propre découverte, à nos propres limites mais aussi à l’infini espoir d’une construction humaine faite de tolérance et de respect. Le tourisme participe à cet espoir...

Article complet "Racines et tourisme durable"

La chronique de Christian Orofino

Président de la commission technique du Tourisme Responsable


Selon Christian Orofino,

"L’identité des pays, un atout majeur pour le tourisme - L’identité des pays, des régions, des îles est un atout majeur pour le tourisme. Grâce à elle les Corses, au grand dam d’investisseurs, ont su préserver leur magnifique littoral."

Tout à fait d'accord avec vous Monsieur Orofino. La population de Raivavae dans l'archipel des Australes en Polynésie française l'a très bien compris en refusant il y a quelques années un hôtel de luxe sur la plus belle partie de son lagon, ne voulant surtout pas ressembler à un Bora Bora.

Les hommes au coeur des voyages, les raivavae l'on également compris en créant leur association d'écotourisme, prenant ainsi leur destin touristique en mains et contrôlant eux mêmes les flux des visiteurs sur leur île. Comme les corses, ces gens là vont préserver leurs atouts majeurs, c'est à dire leur identité, leurs valeurs, leurs traditions et la beauté de leur paradis.

Ici à Genève, nombre de suisses jouent le jeu en passant 1 mois sur leur île encourageant ainsi cette initiative qui devrait s'étendre à d'autres îles authentiques de Polynésie.

Racines et tourisme durable devraient perdurer dans ce coin du Pacifique sud.

Quelques belles photos de cette population rayonnante

15 - Raivavae 128.JPG18 - Raivavae 161.JPG14 - PA051712.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

 

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

 


 

15 août 2012

Raivavae ... Le Lagon oublié

Après cette étonnate expédition des genevois dans le Pacifique, je crois, et cela est nécessaire, de vous brosser le portrait de l'île de Raivavae, d'aucuns qualifient de "dernier paradis".

Motu piscine.jpg

Voici donc ce portrait.

Raivavae possède un lagon merveilleux avec une trentaine de motu. Ses paysages et ses plages grandioses, dignes de cartes postales, ne laissent aucun visiteur indifférent.

Le village principal de Raivavae où se trouve la mairie se nomme Rairua, les autres districts parsemés autour de l'île sur la route de ceinture et reliés par une traversière, sont Anatonu, Vaiuru et Mahanatoa et qui constituent, dans leur ensemble, une population totale d'environ 1000 habitants.

Une grande barrière de corail constellée d’une trentaine de motu plus ou moins importants encadrent Raivavae. Avec un lagon merveilleux qui mesure près de 4 km de large en certains endroits,Raivavae invite au repos et à la méditation.

Le sable blanc du lagon est sans aucun doute l’un des plus beaux de toute la Polynésie. Un véritable joyau des mers du sud que tout le monde, ou presque, avait oublié...

 

Vue du sommet de Raivavae.jpg

Raivavae l'authentique joyau

Raivavae l'unique, Raivavae la sublime...Ici, dans l'archipel des Australes, à 90 minutes de vol de Tahiti, on est à cent lieues de l'animation pếtaradante de Papeete et de la concentration touristique des iles-sous-le-vent.

Située à hauteur du tropique du Capricorne, Raivavae est un véritable paradis des mers du sud  que l'on peut encore goûter, c'est un peu Bora Bora il y a 50 ans...avec les sourires de ses habitants à faire craquer les plus moroses d'entre nous, ses paysages à tomber à la renverse et surtout son mode de vie, son dépaysment, cette plénitude qui déclenche une vraie aventure polynésienne.

La population d'environ 1000 habitants est répartie dans 4 villages, au Nord Rairua (où se trouve la mairie), Mahanatoa (où se trouve l'école primaire Hataitararoa) face à la passe de Teahoa et Anatonu, et sur la côte Sud, Vaiuru qui fait face au grand motu de Vaiamanu (1,8 km de long).

La taille de l'île est de 9km x 4 km et sa superficie 21 km2. Raivavae est assez isolée puisqu'elle est située à près de 180 km à l’est de Tubuai et à 500 km de Rapa, soit à 750 km de Tahiti, mais beaucoup moins isolée depuis qu'elle possède un aérodrome où 3 vols hebdomadaires la relie à Tahiti par la compagnie aérienne locale "Air Tahiti". Les navires des Australes s’arrêtent régulièrement à Raivavae, pour ravitailler les habitants de l'île.

Trois massifs montagneux, le mont Hiro (438 m), à l'Est, domine toute l’île. Deux autres sommets à l’ouest, le mont Taraia (309 m), et le mont Matotea (163 m). Au Nord-Est, le motu Haamu s’étire sur près de 3 km, Raivavae est un ancien volcan.

Raivavae a été découverte en 1775 par le navigateur espagnol Thomas Gayangos à bord de la frégate l'Aguila.. C’est ici qu’ont été taillés les plus grands ti'i polynésiens, dont certains atteignaient plus de trois mètres de haut. On peut encore en voir deux spécimens au Musée Gauguin, à Tahiti. Les sculpteurs sont toujours nombreux dans l’île mais aujourd’hui, ils préfèrent tailler le bois de miro pour faire des umete, des pagaies de cérémonie et des répliques d’objets cérémoniels anciens.

Fruits locaux.jpgLa pêche et l’agriculture sont omniprésentes sur toute l’île. Langoustes, poissons du lagon et coquillages sont au menu tous les jours. Les arbres fruitiers sont nombreux, notamment les orangers. Les légumes poussent un peu partout, chaque famille possédant son fa’apu (potager personnel). Quatre petites pensions de famille accueillent le visiteur de passage. Il subsiste quelques marae, comme partout en Polynésie et traditions ancestrales et religions d'aujourd'hui cohabitent harmonieusement.

Tellement de choses mériteraient d'être évoquées ici, aussi, si vous souhaitez en savoir plus sur la Polynésie et Raivavae vous pouvez vous rendre sur le portail polynésien de wikipédia.

 

 


 

Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914


 


18 juillet 2012

L'étonnante expédition des genevois dans le pacifique en 4 épisodes - [4 ème épisode et fin]

19 - PA102636.JPGL'association Polynésienne "Te ui tama no ragnivavae" (signification en français - projet pour la jeune génération de l'île de Raivavae) a accueilli ses premiers écotouristes genevois.

[4 ème épisode et fin]

Partis depuis Genève le dimanche 16 septembre les premiers écotouristes de notre région ont séjourné un mois sur lîle paradisiaque de Raivavae dans l'archipel des Australes (650 km de Tahiti) et ne sont pas prêts d'oublier leur voyage...

[...Mais c'est aussi à l'occasion des nombreuses fêtes et de repas que nos genevois, envoutés par les rythmes des toere et des pahu, charmés par les danses et les chants ont pu réellement apprécié et participé à la joie collective des polynésiens. C’est ainsi que des moments très intenses de bonheur et d’euphorie ont été échangés lors des shows organisés par les différents districts en liesse...]

Suite....


Immersion dans l'authentique Raivavae – Les marae - La découverte des sites naturels - Les motu – Le mont Hiro -

Que l’on soit à pied, à vélo, en bateau ou bien en avion, ce qui frappe le visiteur de l’île Raivavae en premier, ce sont les sites naturels.

Des paysages extraordinaires, ils n’ont en jamais vu comme ceux de Raivavae déclarent Vreny et Gérard un couple de grands voyageurs qui, au bout d’un mois de séjour sont encore chaque jour éblouis (Article «Nouvelles de Tahiti» http://internet-web-office.net/wordpress1/wp-content/uploads/2011/10/Les-Nouvelles-de-Tahiti-Mardi-18-octobre-2011-Des-ecotouristes-heureux-a-Raivavae.jpg )

Sa montagne, comme une dentelle qui brode le ciel et la terre et dont les pics accrochent le regard, ses motu, enchâssés dans la barrière corallienne brisant les vagues venant de l’océan Pacifique, son gigantesque et magnifique lagon, l’île de Raivavae se dessine au fur et à mesure de la promenade en bateau et ne se découvre pas forcément d’un simple coup d’œil à l’arrivée en avion et il faut bien un mois voire plus pour découvrir toutes ces merveilles.

C’est ce que les genevois ont fait durant leur séjour sur l’île, et parmi les nombreuses activités proposées, les sites naturels de Raivavae se sont imposés tout simplement.

C’est ainsi que les marae, anciens lieux de cultes encore très présents dans l’esprit des raivavae ont été découverts, que les motu ont été explorés et que des nuitées ont été organisées, et que parmi les autres sites naturels nombreux, le Mont Hiro a été gravi laissant découvrir depuis son sommet les panoramas extraordinairement beaux et grandioses du lagon, des motu, de la barrière de corail et puis, tout autour à 360º l’immensité du pacifique à perte de vue. [8 ème cadre de photos]

 


22 - P9270991.JPG11 - l1070586.jpg

02 - Ballade sur les motu 3.JPG08 - PA041640.JPG01 - PA102567.JPG

 

 

 

 

 

14 - PA051712.JPG17 - PA102632.JPG23 - Raivavae 271.JPG

 

 

 

[8 ème cadre de photos]


 

En conclusion, et si vous souhaitez soutenir ce projet d'écotourisme et ce tourisme particulier, venez donc passer un mois à Raivavae.

Les raisons pour venir sont nombreuses, pour commencer, votre satisfaction personnelle d’aller passer des vacances dans un tel endroit, ensuite un besoin particulier d’entrer en contact avec des populations différentes de celles que l’on connaît, proprement dit, la curiosité des autres et encore la volonté de préserver sur cette terre des lieux ou des populations vivent en totale osmose avec leur environnement.

Les erreurs à ne pas commettre, venir à Raivavae alors que vous cherchez le tourisme de Bora Bora mais que vous n’en avez simplement pas les moyens financiers car même si les lieux sont aussi beaux à Raivavae qu’à Bora Bora l’humanité de la population de Raivavae, sa chaleur et sa simplicité ne peuvent absolument pas se confondre avec les prestations de luxe d’un palace: chacun ses goûts, chacun ses quêtes.

Ce qu’il ne faudrait pas, c'est aussi aller à Raivavae uniquement pour profiter de ses plages de corail de son lagon turquoise et de ses poissons multicolores. Raivavae bien entendu offre cela mais plus encore car elle veut partager avec vous le mode de vie de ses habitants, la simplicité et la richesse humaine de ses repas et de ses fêtes.

Si vous êtes donc capable d’identifier et de vous intéresser à la vie d’un peuple vivant largement en autarcie et en totale adéquation avec son environnement préservé, Raivavae est la destination qui vous correspond et qui vous comblera bien au-delà de toutes vos espérances.

Jean-Luc Baron et Pierre Bucheli

 

[9 ème cadre de photos] Le départ, l'envie de revenir....

02 - pa142929.jpg03 - pa152963.jpg07 - pa153004.jpg08 - pa153009.jpg12 - pa153017.jpg

 

 

 

 

14 - Photo de groupe à Mahanatoa.JPG

 

 

 

 

 

 

 


Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

 

 

17 juillet 2012

L'étonnante expédition des genevois dans le pacifique en 4 épisodes - [3ème épisode]

39 - P9230398.JPG

L'association Polynésienne "Te ui tama no ragnivavae" (signification en français - projet pour la jeune génération de l'île de Raivavae) a accueilli ses premiers écotouristes genevois.

[3ème épisode]

Partis depuis Genève le dimanche 16 septembre les premiers écotouristes de notre région ont séjourné un mois sur lîle paradisiaque de Raivavae dans l'archipel des Australes (650 km de Tahiti) et ne sont pas prêts d'oublier leur voyage...

[...Ces journées à thème étaient toujours organisées de façon récréative, un déjeuner copieux composé de produits locaux était très souvent servi au bord du lagon, agréablement accompagné de musique polynésienne et de gens incroyablement généreux toujours prompts à donner. Ce qui nous amène aux repas somptueux que les polynésiens ont servis à nos genevois pendant toute la durée de leur séjour...]

Suite....


Immersion dans l'authentique Raivavae – Les repas somptueux à base de produits locaux -

Nature intacte, luxuriante et généreuse, l'île de Raivavae est aussi l'île de la profusion et de l'abondance des produits locaux dont les raivavae se régalent.

Profusion de fruits et légumes, abondance de poissons et crustacés du lagon, de la barrière de corail et du Pacifique, les genevois ont découvert les nombreux produits locaux et savouré l' excellence de leur goût et de leur exotisme à l'occasion des multiples repas et fêtes organisés par les quatre districts de l'île. Très apprécié et spectaculaire aussi, le four polynésien.

Melting pot très réussi des goûts et des saveurs, les tablées toujours décorée de façon exquise, les genevois n'en sont toujours pas revenus de cette extraordinaire abondance et comme un corps bien nourri rend l'âme joyeuse, c'est avec beaucoup d'entrain que certains ont esquissé des pas de danses sur fond de ukulele, guitare, toere et pahu et de chants traditionnels gais et entraînants.

10 - l1070034.jpg25 - l1070921.jpg

38 - P9230397.JPG44 - P9230406.JPG

 

65 - Raivavae 149.JPG

 

 

 

50 - P9230422.JPG

57 - PA041580.JPG

 

 

 

 

 

 

[6 ème cadre de photos]

 

 


 

Immersion dans l'authentique Raivavae – Les fêtes - La musique et la danse -

La musique, la danse et les chants toujours présents à chaque occasion, les raivavae n'en perdent pas une et c'est dans la bonne humeur et la joie générale que nos écotouristes ont pu s'égayer tout au long de leur séjour. Il faut dire qu'à Raivavae ces disciplines s'apprennent dès le premier âge et que pratiquement tous les habitants savent danser, jouer d'un instrument et même chanter.

C'est ainsi, lors des cultes par exemple, que les genevois ont été agréablement surpris part l'intensité et l'harmonie des himene (mélange de des hymnes religieux des premiers missionnaires protestants et des chants polyphoniques polynésiens qui avaient cours avant l'arrivée des européens) et des pupu himene (regroupement de nombreux chanteurs et chanteuses issus d'une même paroisse protestante dans laquelle, selon le nombre des individus, il peut y avoir de six à dix voix superposées).

Mais c'est aussi à l'occasion des nombreuses fêtes et de repas que nos genevois, envoutés par les rythmes des toere et des pahu, charmés par les danses et les chants ont pu réellement apprécié et participé à la joie collective des polynésiens. C’est ainsi que des moments très intenses de bonheur et d’euphorie ont été échangés lors des shows organisés par les différents districts en liesse.

09 - P9220269.JPG12b P9250716.JPG 13 - P9230420.JPG20 - PA142905.JPG

22 - PA142911.JPG

 

 

 

 

24 - P9281023.JPG25 - PA092352.JPG

 

 

 

 

 

[7ème cadre de photos]

 

[A suivre dans le 4 ème épisode...]

 


Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

 

05 juillet 2012

L'étonnante expédition des genevois dans le pacifique en 4 épisodes - [2ème épisode]

19 - PA061907.JPG

L'association Polynésienne "Te ui tama no ragnivavae" (signification en français - projet pour la jeune génération de l'île de Raivavae) a accueilli ses premiers écotouristes genevois.

[2ème épisode]

Partis depuis Genève le dimanche 16 septembre les premiers écotouristes de notre région ont séjourné un mois sur lîle paradisiaque de Raivavae dans l'archipel des Australes (650 km de Tahiti) et ne sont pas prêts d'oublier leur voyage...

bref un accueil grandiose à l’arrivée laissant pantois de surprise nos genevois intimidés.


Suite....

L'implication de la population de Raivavae et de l'association Te ui tama no ragnivavae a été tellement forte, la générosité de tous, immense et l'abondance de fêtes, de repas somptueux et d'attentions particulièrement chaleureuses qu'il me sera difficile de tout décrire dans le détail tant les moments forts, marquant les genevois ont été nombreux.

Moments forts invoquant tout à fait le désir de la population de Raivavae et surtout ses jeunes de garder intactes leurs traditions et coutumes ancestrales d'une part et de continuer à protéger et préserver le potentiel naturel extraordinaire de cette île paradisiaque ainsi, c'est bien au cours des journées à thème, consacrées au manioc, au ti, à la banane, au taro à la pirogue, ainsi qu'à la visite des nombreux marae que les genevois ont pu comprendre et découvrir l'authentique Raivavae. Les journées à thème étant organisées par chaque village de l’île, le séjour des genevois était aussi consacré à la découverte des superbes motu bordant le vaste lagon de l'île ainsi qu'à l'ascension du mont Hiro.

Immersion dans l'authentique Raivavae – Les journées à thème -

Très importantes pour l'écotourisme à Raivavae les journées à thèmes ont rythmé harmonieusement le séjour des genevois et permis à la population de l'île de mettre en valeur avec une grande fierté leur savoir faire et leurs traditions ancestrales.

Aussi, pendant la journée du manioc les habitants du district de Rairua ont pu organisé un atelier consistant à extraire l'amidon du manioc comme cela se pratiquait il y a encore 2 décennies.

C'est ainsi qu'ils ont mis à contribution les genevois à l'arrachage, le découpage et la préparation des racines de manioc (sans oublier le bouturage) pour râper celles-ci en vue de l'extraction naturelle de l'amidon par un procédé simple de pressage et d'essorage, gestes ancestraux qui n'ont pas manqué d'émouvoir Apa, président sexagénaire d'une association sportive, animateur de surcroît de cette journée qui revivait les gestes et les pratiques de sa jeunesse.

Aliment et ingrédient de base entrant dans la préparation de nombreux plats polynésiens, le manioc est central à Raivavae, jadis des champs importants de manioc étaient cultivés. De nos jours il est plus aisé d'aller acheter son paquet d'amidon (importé) à l'épicerie et les champs ont été abandonnés à la végétation luxuriante de l'île. [2 ème cadre de photos]


01 - PA031543.JPG

04 - PA031552.JPG

05 - PA031555.JPG

09 - PA031573.JPG13 - PA041610.JPG

 

 

 

 

11 - PA041581.JPG12 - PA041605.JPG

 

 

[2 ème cadre de photos]

 

 

 


La journée du Ti préparée et présentée par les jeunes du district de Anatonu a mis en évidence la préparation du fameux four traditionnel et c'est avec beaucoup d'énergie et de volonté que ces jeunes ont montré toutes les étapes du four et de la préparation du ti (douceur typique de Raivavae habituellement consommée aux grandes occasions et fêtes de fin d'année) dont la base est la racine de la plante de Cordyline fruticosa encore appelée karokaro ou rauti dans l'archipel des Australes. C'est avec un grand intérêt que tous ont suivis cette préparation dont la cuisson des racines a nécessité 3 jours avant l'extraction de son jus. [3 ème cadre de photos]


01 - PA061847.JPG03 - PA061849.JPG06 - PA061858.JPG12 - PA061873.JPG

 

 

14 - PA061878.JPG

 

 

 

 

16 - PA061886.JPG

22 - PA071948.JPG26 - PA071974.JPG30 - PA071983.JPG

 

 

 

 

 

33 - PA071999.JPG35 - PA072033.JPG

 

[3 ème cadre de photo]

 

 

 

 


Principaux éléments de l'alimentation des raivavae, la banane et le taro ont fait l'objet également de journées à thème très intéressantes et c'est avec beaucoup de curiosité et d'intérêt que les genevois ont pu assisté au murissement des régimes de bananes dans un four spécial creusé à même le sol par exemple ou alors visiter les plantations de taro, très importantes dans l'île, dont la consommation des feuilles et des racines sont très appréciée par les habitants. [4 ème cadre de photos]


03 - Journée de la banane 3.jpg06 - PA132755.JPG09 - PA132773.JPG11 - PA132776.JPG22 -l1070899.jpg

 

 

 

 

 

26 - P9291137.JPG31 - P9301157.JPG35 - P9291152.JPG

[4 ème cadre de photos]

 

 

 

 


 

C'est à travers la journée de la pirogue organisée par le district de Mahanatoa et les différentes étapes de sa construction que les genevois ont saisi l'importance majeure de la pirogue polynésienne. Véritable symbole du passé glorieux polynésien, elle est encore fabriquée traditionnellement de nos jours à Raivavae et très utilisée dans le lagon pour la pêche ou les déplacements sur les motu.

[5 ème cadre de photos]


03 - PA072074.JPG05 - PA072096.JPG06 - PA072114.JPG08 - PA072123.JPG09 - PA082134.JPG

 

 

 

 

11 - PA082148.JPG

 

[5 ème cadre de photos]

 

 

 


Ces journées à thème étaient toujours organisées de façon récréative, un déjeuner copieux composé de produits locaux était très souvent servi au bord du lagon, agréablement accompagné de musique polynésienne et de gens incroyablement généreux toujours prompts à donner. Ce qui nous amène aux repas somptueux que les polynésiens ont servis à nos genevois pendant toute la durée de leur séjour.

[A suivre dans le 3 ème épisode...]


Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

 

03 juillet 2012

L'étonnante expédition des genevois dans le pacifique en 4 épisodes - [1er épisode]

 

Les 10 écotouristes genevois.jpg

L'association Polynésienne "Te ui tama no ragnivavae" (signification en français - projet pour la jeune génération de l'île de Raivavae) a accueilli ses premiers écotouristes genevois.

[1er épisode]

Partis depuis Genève le dimanche 16 septembre les premiers écotouristes de notre région ont séjourné un mois sur lîle paradisiaque de Raivavae dans l'archipel des Australes (650 km de Tahiti) et ne sont pas prêts d'oublier leur voyage.

Tant d'émotions, d'images et de souvenirs merveilleux et d'instants magiques qui ont contribué au total succès de cette expédition tant au niveau des genevois qu'au niveau de toute la population de Raivavae qui s'est fortement impliquée dans ce projet d'écotourisme, tout simplement Bravo!


Avant de vous conter ce périple, il est important d'expliquer notre choix qui s'est porté sur Raivavae. Bien que rien ne doit être enlevé aux autres très belles îles de Polynésie française, Raivavae nous a tout de suite plu par son caractère unique et authentique, enchanté par ses beautés naturelles et charmé par la simplicité et la gentillesse de sa population.Délaissée et négligée par le tourisme traditionnel, absente des guides des tours opérateurs, Raivavae n'a pourtant rien à envier aux autres îles dont la fameuse Bora Bora qui a tant inspirée le cinéma hollywoodien et mérite que ses trésors innombrables soient connus et découverts pour peu que l’on s’y intéresse.

Raivavae a tout d'abord été une trouvaille inopinée en 2005 parmi les 118 îles que compte la Polynésie française dont Tahiti l'île principale où se trouve Papeete la capitale. Une suite de heureux hasards et rencontres impossibles à prévoir, telle que la venue des enfants de l'île en 2009 à Genève tout simplement inoubliable qui a fait le reste et le choix de Raivavae pour l'écotourisme s'est naturellement imposé. Effectivement, cette île, a elle tout seule, recense toutes les valeurs, les traditions et les beautés de la Polynésie d’antan, seul un développement doux et réfléchi peut l’aider à conserver son patrimoine culturel et naturel dans des bonnes conditions. (Renvoi article «Tahiti et ses îles – Ecotourisme à Raivavae» http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=279

Le cadre de l’écotourisme étant fixé notre premier groupe genevois est donc arrivé sur l’île de Raivavae le lundi 19 septembre en fin d’après midi après une bonne nuit de repos et un déjeuner copieux à l’hôtel Beachcomber de Papeete.

Nul ne peut dire ce qui c’est passé dans les têtes de ces premiers écotouristes à leur arrivée à Raivavae tant l’accueil a été chaleureux et émouvant. Couronnes de têtes, somptueux colliers de fleurs, danses et musique polynésienne (on entendait déjà les percussions des toere et des pahu dans la cabine de l’avion, alors que les hélices tournaient toujours) discours impressionnant de la part du Président de l’association Jimmy Opeta, en langue Raivavae invoquant la protection pour tout le séjour du grand dieux des anciens: Tane mata ara i te ao, puis celui de l’administrateur des Australes pour le pays, Ingrid Drollet et enfin le Maire, Bruno Flores, puis une très grande partie de la population de l’île venue à l’aéroport se mêlant à la liesse, un buffet de fruits, plats et produits locaux pantagruélique, bref un accueil grandiose à l’arrivée laissant pantois de surprise nos genevois intimidés.

La suite au prochain épisode........

[1er cadre de photos ci-dessous]


01- Arrivée à Raivavae Aéroport.JPG02 - Aéroport de Raivavae.JPG03 - L'accueil en musique et danse.JPG06 - L'accueil en musique et danse 2.JPG10 - Le discours des officiels.JPG

 

 


 

07 - Un buffet pantagruélique.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

Le journal polynésien télévisé de TNTV du lundi 19 septembre 2011

http://internet-web-office.net/wordpress1/?p=914

 

 



01 juillet 2012

Le projet d'écotourisme de l'île de Raivavae

Raivavae google.jpgSuite au voyage des 22 enfants de Raivavae à Genève en juin 2009, la population de l’île se mobilise et crée la communauté d’écotourisme de Raivavae…

L'association polynésienne d'écotourisme "Te ui tama no ragnivavae" est née.

Souvenez-vous, de l’article sur «Le fabuleux voyage des enfants de Raivavae» en 6 épisodes! Ces 22 enfants étaient venus à Genève et en Suisse en juin 2009 dans le cadre d’un voyage pédagogique.

Par un concours de circonstances extraordinaires, ces 22 enfants avaient voyagé depuis le bout du Monde et plus précisément, de la petite île de Raivavae située à plus de 600 Km sud de Tahiti, dans l’archipel des Australes et leur périple à Genève et en Suisse avait été un succès total et inoubliable pour tous les participants.

Suite au retour triomphant de ces enfants dans leur île et au récit de leurs aventures dans nos contrées, une partie de la communauté de l’île, un peu moins de 1000 habitants, a pris conscience de cette ouverture exceptionnelle de leurs enfants sur le monde et s’est mobilisée.

Raivavae depuis le sommet.gif

Cette prise de conscience importante et le désir de faire découvrir leur île et de partager leurs traditions ancestrales avec nous autres, les popaa du continent européen, ont mis en évidence une idée très intéressante d’écotourisme pour leur île et l’avenir de leurs enfants; aussi, je souhaiterai vous parlez de ce projet plutôt que d’éditer un énième article sur Raivavae; beaucoup de passionnés de cette île l’ont déjà fait et très bien fait, ainsi, il suffit de taper «Raivavae» dans votre moteur de recherche préféré pour accéder à la description et aux nombreux récits concernant cette perle du Pacifique sud.

Ou bien alors consulter le beau reportage dans la revue avril/mai 2010 de la revue ANIMAN dont 5 double pages ont été consacrées à la beauté et l'authenticité de l'île de Raivavae ainsi qu'à son projet d'écotourisme, n'hésitant pas à la qualifier de "Dernier paradis"

 

 

 

Pour en revenir au projet d’écotourisme de Raivavae, une association loi 1901 «La communauté d’écotourisme de Raivavae» en polynésien «Te ui tama no ragnivavae» s’est constituée dans l’île, en plus d’ accueillir les séniors de la région genevoise et lémanique sa vocation sera de :

  • Fixer la population, en particulier la jeune génération dans l’île en lui offrant la possibilité d’y avoir une source de revenus pour lui permettre d’y vivre,
  • Préserver et améliorer l’environnement naturel de l’île,
  • Préserver et développer les activités associatives et culturelles de l’île,
  • Utiliser la potentialité touristique de l’île et de sa population dans le cadre d’un développement durable respectueux d’une charte d’écotourisme spécifique à l’île.

Cette association est destinée à fédérer, encourager, organiser et développer l’ensemble des activités permettant à la plus large partie de la population de l’île de Raivavae de profiter des retombées économiques, humaines, culturelles et sociales d’un tourisme modéré, doux et respectueux de la nature et des hommes.

L’écotourisme, tel qu’il est définit par la TIES – Société internationale de l’écotourisme est «une forme de voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bien-être des populations sont préservés».

Ainsi, par le terme «écotourisme», il faut entendre touriste respectueux de la nature, des populations locales, dans un cadre de développement durable. L’écotourisme doit satisfaire à plusieurs critères, en particulier tels que:

  • Minimiser les impacts négatifs sur la nature.
  • Respecter la diversité culturelle et ses liens à l’environnement.
  • Les revenus et autres bénéfices tirés de l’écotourisme doivent directement bénéficier aux populations locales.
    La pression de l’écotourisme doit toujours rester inférieure aux limites naturelles et aux changements acceptables pour la population locale.
  • Les principes et critères généraux du développement durable doivent être respectés par l’écotourisme.

Du côté de Genève, nous avons décidé Pierre Bucheli et moi même d’aider cette association au mieux de nos possibilités. Ainsi, nous avons créé une antenne genevoise du projet polynésien qui se trouve à la boutique Linux de Pierre au boulevard Carl-Vogt 77 et hébergeons sur nos serveurs le site de la communauté d'écotourisme de Raivavae.

Dans ce projet que nous vous invitons à consulter sur le site internet, une grande partie de la population de l’île de Raivavae s’est mobilisée en faveur de son projet d’écotourisme et travaille d'arrache pied à l’organisation de l’accueil des futurs écotouristes séniors de la région genevoise et franco-suisse, notamment en préparant une multitude d’activités spécifiques à leur île.

Concernant l’antenne genevoise que nous représentons, nous mettons à disposition de l’association d’écotourisme de Raivavae toute une structure visant à :

  1. Aider l’association «Te ui tama no ragnivavae» à réaliser ses objectifs,
  2. Promouvoir Raivavae et par extension les autres îles des Australes à Genève et dans la région franco-genevoise,
  3. Informer les futurs écotouristes de la région franco-genevoise,
  4. Réserver fermement les séjours à Raivavae et par extension aux autres îles de l’archipel des Australes au nom de l’association d’écotourisme de Raivavae,

Les structures que nous avons mises en place, sont :

  1. Le Site internet www.te-ui-tama-no-ragnivavae.org où il sera possible de demander des informations et de réserver en ligne,
  2. La vitrine commerçante à Genève (Boutique linux et logiciels libres, qui est aussi un web café très bien situé au boulevard Carl-Vogt 77) et dont une partie sera consacrée à l’information des futurs écotouristes genevois et franco-suisse.

L’organisation et actions prochaines à mettre en place par l’antenne genevoise de l’association seront la mise à jour quotidienne du site internet (qui est aussi un blog dans lequel les internautes pourront communiquer et laisser des commentaires), la mise en place sur le site internet de l’association d’un système de paiement par virement bancaires d’un package tout compris, incluant bien entendu, les vols internationaux ainsi que les vols inter îles.des prestations touristiques locales (Hébergement, restauration, activités… ).

Nous vous invitons à consulter régulièrement le site internet de l’association "Te ui tama no ragnivavae" véritable lien entre Genève et Raivavae.

En outre, les voyages des séniors de notre région devraient commencer en novembre 2010.

Voilà, si vous avez aimé cet article, n’hésitez surtout pas à nous contacter à la boutique linux ou bien par le biais du site internet, nous vous parlerons alors passionnément de cette île authentique et paradisiaque où le temps, la-bas, semble s’être arrêté.

En attendant, voici quelques photos de cette île merveilleuse:

Vue du sommet de Raivavae.jpgAbordage du motu.jpgLe platier.jpgLagon de Raivavae.jpgMotu de Terani.jpg

Pour l'association polynésienne "te ui tama no ragnivavae" de l'île de Raivavae

http://www.te-ui-tama-no-ragnivavae.org